Guayota (extrait)

Dimanche 6 novembre 2016, dans le centre historique de Kilis, Turquie

Plus le pékin s’enfonçait dans la rue commerçante, plus elle se rétrécissait ! 

Le contenu des échoppes évoluait aussi. Au début de la rue, on y trouvait un peu de tout : fripes, fruits secs, vêtements religieux, Smartphones et babioles made in China. Lorsque celle-ci devenait ruelle, les motifs camouflages se faisaient légion, les cartouchières et les gilets tactiques remplaçaient tout ce qu’il restait de pacifique dans cette poudrière.

Celui dont le passeport français mentionnait le nom de Rémy Janssens, né à Dunkerque le 12 octobre 1973, arriva devant une sorte de cybercafé tout droit sorti d’un mauvais remake de Blade Runner. L’ambiance y était pesante. Le tenancier, mal rasé, avait un air de truand avec ce regard noir et suspicieux.  

À droite, comme à gauche, de ce bâtiment tout en longueur, de petites tables séparées par des murs en carton accueillaient de vieux ordinateurs aux écrans cathodiques sur lesquels trônaient de désuètes webcams en forme de boule. Quatorze emplacements offraient ainsi à qui payait par demi-heure et pour quelques Yeni Türk Liras, la possibilité de se connecter « discrètement » sur l’Internet, pour surfer ou pour converser en live via Skype.

Rémy Janssens prit place dans l’avant-dernière demi-cabine, sur la gauche. Il avait eu du mal à ne pas regarder ce qu’affichaient les différents écrans croisés durant son périple jusqu’à la place indiquée par l’acolyte nain du rugueux tenancier. Il avait dû enjamber quelques sacs à dos, dû éviter quelques manches de parkas traînant sur le sol, le tout sans renverser la canette de 33 cl de Mecca Cola qu’il tenait à la main.

Devant lui, le ventilateur du vétuste PC Compaq ronronnait. Le clavier jauni était quelque peu poisseux, et le fil torsadé qui le reliait à l’unité centrale était déchiré à plusieurs endroits.  La présence d’un lecteur de disquettes le laissa perplexe.  

La pièce enfumée empestait l’odeur âcre d’improbables cigarettes locales. Un nuage bleu-gris flottait et Rémy Janssens alluma une Camel sans filtre dont les volutes ne changeraient rien à la chose. Il se connecta au réseau privé VPN mis à disposition par ses Frères déjà au Sham. Il envoya un message court, codé et anodin pour confirmer qu’il était bien arrivé à Kilis et que le passage de la frontière était bien prévu en soirée. Il termina par un « Inch Allah » et signa Abu Saladin.

À quelques mètres de lui, un homme typé slave le dévisagea quand il aperçut la cigarette de Rémy. D’un petit signe de tête, il l’invita à regarder son écran. Un message système[1]indiquait : MEET UP ZONE 4.

Rémy Janssens traîna encore quelques instants, en profitant pour surfer sur Internet et en laissant des traces évidentes sur son intérêt pour la ville où il était supposé être né et avoir vécu.   Il consulta le site de la Mairie de Dunkerque et y chercha la page où figuraient les différentes mosquées régionales, il sortit alors un petit bloc de post-its bleus et y griffonna le numéro de téléphone du lieu de prêche situé à la Rue du Kruysbellaert. Ensuite, il se connecta sur son compte Facebook, et après avoir lu quelques messages, il le désactiva en laissant la session ouverte.  

Maintenant que les traces de son passage étaient des plus évidentes, il pouvait se concentrer sur son voyage en zone de guerre. Mais avant cela, un dernier rendez-vous l’attendait.  

*

**


[1]Message que l’on pouvait envoyer sur un réseau interne via le MS-DOS en utilisant la commande Net Send.  Le message affiché était presque indétectable et semblait venir de Windows. Cette fonction n’est plus disponible depuis Windows 2000.

Publié dans alep, Daech, éditions, Elements de contexte, evolution écriture, extrait, FSB, GRU, guayota, Moments du roman, Pour les lecteurs, Promotion, SV3, terrorisme | Laisser un commentaire

Fini les vieux voeux, bonne action à tous !

Faire un don, c’est être bon !

La nouvelle année est souvent synonyme de bonnes résolutions diverses et variées, promesses à tenir envers soi-même, bref de sérieux dilemmes en perspective :

  • je vais me remettre au sport ;
  • j’arrête la clope ;
  • je plaque cette conne sans lui avouer que Magritte avait raison niveau pipe, le tout pour rejoindre Martine, mais si… Martine, la blonde du bureau ;
  • j’arrête le pinard… au moins à midi, enfin pas le lundi ni le mercredi parce que je vais boustifailler chez Gaston, le gai luron ;
  • je planque mon cash chez Cahuzac et bing, rien pour Bercy,
  • j’arrête d’écouter du Johnny et je me fous un gilet jaune sur le rable quand je monte maman,
  • … et tout un tas de promesses que l’on ne tiendra pas !

Alors, faute de s’inscrire dans la durée, faute de réussir à relever nos défis déjà abandonnés par quintessence, Saint Val vous propose un « one shoot » comme disent les Angliches !

Un truc bien, en plus ! Comme une bonne rasade de Three Kings (attention, y’en a qu’on perdu l’usage de la vue) ! Mieux qu’une cagnotte.

N’écoutez pas les marins, qui ont cet étrange besoin de faire des phrases, et donnez à Perce-Neige. Un single shoot, mais une bonne action ! Pas besoin de se faire une promesse dans la durée, mais juste une action, là, maintenant en lisant ce petit mot.

Bonne (action) à toutes et à tous,

Par ici : https://donner.perce-neige.org/b/mon-don

Saint Val,

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Des news de Guayota

Guayota, le malin

Après quelques semaines de travail et des heures de réflexion, la charpente de Guayota est entièrement terminée. Comprenez par là la structure du roman, le nombre de chapitres, le nom de ceux-ci et la taille du roman.

Guayota sera donc édité en un seul volume d’environ 110.000 mots comprenant un prologue suivi de huit chapitres et d’un épilogue comme suit :

  • Prologue : Darius
  • Chapitre I : Blast
  • Chapitre II : Guayota, el maligno
  • Chapitre III : Arrachage
  • Chapitre IV : (pas encore de titre fixé) Retex (pour le moment)
  • Chapitre V : Retour chez Guayota
  • Chapitre VI : Sur les traces du Chacal
  • Chapitre VII : Ils sont de MECH
  • Chapitre VIII : Au plus offrant !
  • Epilogue : (pas encore de titre fixé).

Toujours sur le principe du roman à clef (comme ses grands frères, les deux tomes de BrabanCIA), Guayota reprend des éléments réels (peu) romancés.

La partie « à clef » est axée sur les attentats survenus à Zaventem/Bruxelles en mars 2016 (2015 dans le roman). Au programme, la toile de fond que constituent le recrutement de terroristes, l’enrôlement au sein de l’Etat Islamique et la préparation logistique. Vous aurez aussi un aperçu romancé des services de contrespionnage dont disposent les forces de Daesh.

Bien entendu, il n’était pas question d’oublier l’Histoire. Pour nouer l’intrigue actuelle avec les origines de la chose, j’ai opté pour les relations étroites entre le pouvoir Syrien, la Maison des Alaouites, avec les services secrets russes. Vous serez ainsi plongés tant au coeur de l’action que dans les liens durables entre les pouvoirs en place de cette région et le terrorisme internationaliste et mondialisé.

Guayota vous propose donc de découvrir par des procédés romancés l’histoire du terrorisme (parfois) nommé justement islamiste, ses implications actuelles et ses origines issues de la Guerre froide.

Saint Val sera donc aux premières loges de la lutte contre le terrorisme ! Encore une fois, son ennemi juré le MECH et ses sbires, feront tout pour le neutraliser, mais c’est sans compter les ressources insoupçonnables dont Saint Val, le Sicaire, Serpentes et quelques nouveaux venus disposent.

À bientôt pour la suite,

Saint Val,

#roman #espionnage #romandespionnage #guayota #romanaclef

Publié dans alep, Canaries, Daech, éditions, evolution écriture, FSB, GRU, guayota, Non classé, Pour les lecteurs, Promotion, Pub, Spetsnaz, SV3 | Laisser un commentaire

Most wanted readers

Dans le cadre du projet Guayota (nouvelles aventures de Saint Val), un roman se déroulant dans les méandres de l’Etat Islamique, nous recherchons trois bêta-lecteurs.

Publié dans Non classé | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Une documentation très intéressante

Une fois n’est pas coutume, voici une critique de bouquin.  Ce n’est pas que je n’aime pas m’adonner à écrire  mon avis sur tel ou tel sujet – vous me connaissez… – mais faute de temps, je consacre plutôt mes temps d’écriture à vous pondre des espiolars.

Cela étant posé, je fais une exception.  Comme vous le savez, je travaille actuellement sur le troisième volet des aventures de Saint Val : Guayota.  Comme vous le savez aussi, cette fois-ci, rien à voir avec les Tueries du Brabant ou quelques autres opérations secrètes de l’OTAN (quoique…) !  Non, cette fois, Saint Val plonge dans les méandres du terrorisme international et plus particulièrement au coeur des factions et phalanges qui se disputent ce que certains appellent le Shâm.

Naturellement, dans l’ADN de mon écriture, se trouve le roman à clef !  Puiser dans des faits et des situations réelles tout en arcboutant la vérité et en tordant les parties romancées, voilà – si je peux m’exprimer ainsi – la clef pour un bon roman à clef.  

Continuer la lecture
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ce n’est, peut-être, qu’une question de forme !

Quelque part en août 2018

Cet été, alors que 28 degrés pesaient sur le petit village des Fagnes belges où j’ai élu pénates, j’avais décidé de profiter de la fraîcheur nocturne de mon bureau pour m’extirper de la torpeur presque méditerranéenne, excuse d’autant plus valable que j’avais le tome 2 de BrabanCIA à terminer.

Me préparant pour ma séance d’écriture devenue quotidienne, j’avais pris pour habitude de surfer sur Facebook pour glaner quelques informations et surtout m’enquérir des vacances des autres, photos à l’appui et la bave aux lèvres. Je surfe, surfe encore, je plonge dans les méandres d’un mur Facebook quand subitement un « live » se met en place avec pour titre, en plein mois d’août : suivez en direct le conseil communal de votre commune !

Qu’à cela ne tienne. Je fonce sur la page en cliquant avec bravoure sur le lien pour passer en mode plein écran tout en me faisant la réflexion suivante : ça, c’est de l’initiative citoyenne. Il faut dire que vu la période estivale et la rareté de présence des participants actifs et passifs, le « boss » du conseil communal ne prenait pas un grand risque pour cette avant-première d’un genre nouveau. Mais revenons dans l’action… Continuer la lecture

Publié dans coups de gueule, gilets jaunes, hors catégorie | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Ah, les années Strip-tease…

En Belgique, on « sait » faire des romans mais aussi des reportages ! C’est d’ailleurs pour cela que Jules disait que de tous les peuples qui ont la gaule, les Belges sont les plus braves !

 

Strip-Tease, le meilleur

Publié dans Avis, Elements de contexte, Non classé, Pour les lecteurs | Laisser un commentaire

Gagnez un exemplaire dédicacé

!!! Gagnez un exemplaire dédicacé du tome 2 de BrabanCIA !!!

Pour cela, il vous suffit de

1) partager cet article sur Facebook en ajoutant « @brabancia » à la publication,

2) vous abonner à la newsletter sur le site www.saint-val.com !

Tirage le 25 octobre.

Publié dans années 80, Avis, concours, deuxième vague, extrait, Pour les lecteurs, Promotion, Pub, sujet, terrorisme, Tome 2, tueries du brabant, tueurs | Laisser un commentaire

BrabanCIA – édition intégrale

Pour les fêtes de fin d’année, les deux tomes de BrabanCIA seront regroupés dans une seule édition baptisée « BrabanCIA Intégral ».

À mettre au(x) pied(s) du(es) sapin(s).

 

Publié dans deuxième vague, en cours, terrorisme, tueries du brabant, tueurs | Laisser un commentaire

Guayota, making of #

On ne peut pas s’intéresser au terrorisme islamiste, antisioniste et internationaliste actuel sans replonger dans les années Carlos !  C’est en partant de ce constat, après une longue réflexion pour l’écriture de Guayota, que j’ai compris qu’une partie des racines de Daech et des mouvances connexes trouvent certainement jouvence dans les premiers émois de cette étrange façon de « faire la guerre ».

Continuer la lecture

Publié dans alep, années 80, Daech, documentation, éditions, Elements de contexte, en cours, guayota, Pour les lecteurs, SV3, syrie, terrorisme | Laisser un commentaire